Petite présentation (par Cécile V.)


Ce blog, c'est celui d'une mordue de littérature. En effet, la lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.

Modestement, je souhaite juste démêler mes impressions, mes idées et mes suggestions qui me viennent lorsqu'entre mes mains, un livre s'achève, une dernière page se tourne, une histoire se finit et quand toute aventure de lecture prend fin. C’est alors que l’écriture rentre en jeu en tentant au maximum de trouver les mots justes, les tournures adéquates pour exprimer le fonds de mes pensées, de mes sentiments, de ce qui à mon sens aurait du être ou ne pas être. Bien évidemment, ce n’est qu’un humble avis qui ne se veut pas universel, ni juste, mais raisonné et pourquoi pas, vous apporter quelques bons conseils et pistes de futures nouvelles lectures.

Vous l'aurez sans doute compris, la lecture est un monde tellement à part, tellement supérieur que s’exercer à la critique n’est qu’une façon détournée de prolonger un instant cet événement hors du temps pour en jouir.

Cécile

Verba volant. Scripta manent.


Nombre total de pages vues

lundi 27 mai 2013

Ma Chronique sur le roman "Une bouteille à la mer" de Nicholas Sparks



Quatrième de couverture 

Seul sur son bateau, un homme lance une bouteille à la mer. Au gré des vagues et du hasard, la bouteille aurait pu finir sa course n'importe où, et le message qu'elle enfermait ne jamais être lu... Mais elle a échoué sur une plage de Cape Cod. Et transformé la vie de la jeune femme qui se trouvait là. Theresa, journaliste et mère de famille divorcée, découvre, bouleversée, la plus belle lettre d'amour qu'elle ait jamais lue, la lettre d'un homme à la femme de sa vie, qui vient de mourir. Dès lors, elle ne pense plus qu'à retrouver l'auteur de cette lettre. Connaître son histoire, voir quel visage se cache derrière ces mots qui ont éveillé au plus profond d'elle-même un sentiment qu'elle n'ose pas encore nommer... Mais lui, saura-t-il de nouveau aimer et être aimé ? 




Mon avis


Le titre est beau, l'histoire l'est également.
Thérésa, journaliste et chroniqueuse dans un petit journal local de Boston part quelques jours en vacances avec l'une de ses amies, Deanna également journaliste, au Cape Cod.
Un matin, Thérésa part faire son jogging sur la plage et tombe sur une mystérieuse bouteille renfermant une lettre d'amour écrite par Garett pour sa femme Catherine. La curiosité de Thérésa va alors la pousser à rencontrer cet homme qui l'intrigue et l'attire et sa vie va alors s'en trouver bouleversée.

L'histoire est passionnante et peu commune, les émotions sont présentes et les textes sont doux et agréables à lire. Trop doux d'ailleurs, car je trouve que l'histoire manquait un tout petit peu de piments par moment. Si le début du roman m'a rapidement passionné, la seconde partie de celui-ci n'a pas eu l'effet escompté sur moi. Je m'attendais à y lire davantage d'actions et finalement j'ai trouvé que l'histoire, aussi émouvante soit-elle, est restée un peu platonique par moment. Toutefois, l'auteur a su faire ressortir énormément d'émotions dans ses écrits. Même les scènes d'amour sont magnifiquement bien écrites et décrites. On peut lire de magnifiques narrations sensuelles et remplies de passions, un vrai plaisir de ce côté là.

Terminant sur une belle note, la fin de ce roman a su néanmoins gommer la lassitude que j'ai pu ressentir en milieu de lecture. Une fin triste et tragique, qui, si comme moi, vous êtes d'une nature plutôt très sensible et émotive, arrivera à vous faire pleurer durant les dernières pages. Un conseil, sortez les mouchoirs, au cas où !




Les extraits qui donnent envie :

"Le destin peut blesser un être autant qu'il a pu le combler, et je me demande vraiment pourquoi, de toutes les femmes que j'aurais pu aimer, il a fallu que je m'éprenne de celle qui me serait enlevée."


Petit extrait issu de la lettre écrite par Thérésa :

"Ceci n'est pas un adieu mon chéri, c'est un remerciement. Merci d'être entré dans ma vie et de m'avoir apporté la joie, merci de m'avoir aimé et d'avoir accepté mon amour en retour. Merci de ces souvenirs que je chérirai à jamais. Et, surtout, merci de m'avoir montré qu'un jour viendra où je finirai par te laisser partir.

Je t'aime,"





Le film : un petit extrait du  roman interprété au cinéma. Encore jamais vu pour ma part, mais après avoir lu le roman, je vais tenter de me le procurer pour le visionner et voir si celui-ci est à la hauteur du roman ou pas.






Petite brocante dans mon village en ce week-end de Fête des mères... et j'ai réussi à me dénicher deux  sympathiques romans pour seulement 2 euros. Je m'aperçois qu'il ne me faut vraiment pas grand chose pour me rendre heureuse...

vendredi 24 mai 2013

Nouvel emprunt bibliothèque "Une flamme pour l'amour" de Nicholas Sparks... 


dimanche 19 mai 2013

Chronique sur le roman "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" de Marc Levy



Quatrième de couverture


Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père.
Comme elle l’avait pressenti, Anthony Walsh – homme d’affaires brillant, mais père distant – ne pourra pas assister à la cérémonie.

Pour une fois, Julia reconnaît qu’il a une excuse irréprochable. Il est mort.

Julia ne peut s’empêcher de voir là un dernier clin d’œil de son père, qui a toujours eu un don très particulier pour disparaître soudainement et faire basculer le cours de sa vie.

Le lendemain de l’enterrement, Julia découvre que son père lui réserve une autre surprise. Sans doute le voyage le plus extraordinaire de sa vie… et peut-être pour eux l’occasion de se dire, enfin, toutes les choses qu’ils ne se sont pas dites.

Marc Levy renoue ici avec l’univers romantique et fantastique qui l’a fait connaître.
Dans cette aventure pleine de suspense, de tendresse et d’humour, l’auteur nous entraîne au cœur de la relation entre un père et sa fille et nous raconte l’histoire d’un premier amour – celui qui ne meurt jamais.



Mon avis 

Un avis plutôt mitigé au final... Quel dommage! 
Le titre  "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" laisse songeur, certes, mais...

L'histoire parle essentiellement d'une relation père/fille plutôt difficile et distante. Alors que Julia va apprendre la mort de son père Anthony et assister à ses obsèques, ce dernier va mystérieusement reprendre vie sous une forme plutôt originale. Ils ne disposeront alors que de seulement six jours pour apprendre à se découvrir... Je ne dévoilerai rien de plus sur le contenu du roman, toutefois nous sommes également amenés à découvrir que parallèlement à l'histoire que va vivre Julia et son père, d'autres éléments vont venir nourrir cette aventure aussi bizarre soit-elle : disputes, amour, retrouvailles, humour,... 

Toutefois, j'ai eu un peu de mal avec le personnage d'Anthony. Je suis d'accord avec la réplique que Marc Levy donne à l'un de ces personnages, Adam, lorsque nous arrivons presque à la fin du roman, mais encore faut-il avoir lu le livre pour comprendre mon ressenti... Je reste volontairement énigmatique sur le contenu de mon appréciation  pour ne rien dévoiler et pour laisser à chaque lecteur son point de vue.

Le caractère bien tranchant de Julia m'a quelque fois énervé, mais, à contrario le caractère narquois et les répliques de son père m'ont particulièrement amusées.

Enfin, le tout petit bémol du roman porte sur une fin que je trouve un peu déroutante et un peu trop rapide. Néanmoins, sans forcément gâcher le plaisir de celui-ci, si des questions restées en suspend laissent un peu perplexe, l'auteur aura au moins donné le change et la possibilité à ses lecteurs de faire appel à leur imaginaire et se donner eux-mêmes une finalité personnelle à ce roman.

Je reste néanmoins un peu déçue. Déçue par le contenu même de l'oeuvre. Si j'ai été particulièrement absorbée et émue par les précédents romans de Marc Levy, celui-ci m'a, au contraire, un peu lassé, et ce, dès le début. Heureusement qu'un certain Tomas va faire son apparition pour donner un peu de piquant à l'histoire...


Quelques extraits sympathiques malgré tout :


" -Ah l'humour, quelle merveilleuse façon de désamorcer le réel quand il vous tombe dessus : je ne sais plus qui a dit ça, mais c'est si vrai... "


" -... La mémoire est une artiste étrange, elle redessine les couleurs de la vie, gomme le médiocre pour ne garder que les plus jolis traits, les courbes les plus émouvantes. "

mercredi 15 mai 2013

Les premiers mots pour une toute première et nouvelle histoire à naître !


 

Le ton est donné... Ces quelques mots qui amorcent un véritable compte à rebours pour moi.

Voilà donc déjà presque deux mois que je consacre mes heures de liberté - en plus de mes chroniques et de mes nombreuses lectures - à faire naître un projet. Le projet! Celui qui a eu le temps de mûrir, chaque jour davantage.

Je tâtonne, je doute, j'hésite, j'écris, j'efface, je griffonne à nouveau une phrase, puis deux, puis trois et enfin, je vois naître une première page, une seconde, un chapitre, Oui! et un second,... Oh!... Les idées se bousculent. Besoin de faire une pause, j'ai le cerveau qui bouillonne, une vraie cafetière !! Mais c'est tout simplement fabuleux !!


Et puis parfois, il nous arrive de rencontrer des gens sur notre route, qui sans le vouloir, nous indiquent que le seul chemin à suivre est bel et bien celui que nous nous sommes imposés : des auteur(e)s, des lecteurs et lectrices, des anonymes qui vous suivent au travers de vos lectures et de vos chroniques, et mon mari, qui ne s'étonne même plus de voir que sa femme est devenue une véritable accro et qui, au-delà de toute espérance, m'encourage même. Merci pour son amour et sa capacité à croire en moi.

La vie, aussi, nous oblige à choisir des chemins différents, des projets différents, car elle est parfois jalonnée de difficultés qui nous obligent à penser et à la concevoir sous des angles nouveaux. On ne peut rien maîtriser, rien contrôler. La vie nous échappe quelquefois et certains de nos désirs se font prier pour aboutir. Alors parfois, il faut savoir composer autrement et prétendre à réussir différemment en se laissant porter par ce que l'on aime et ce que l'on pense savoir faire de mieux.

Alors certes, modestement, je me suis lancée ce petit défi qui, pour le moment, n'est qu'à un stade embryonnaire mais qui avance petit à petit. Il prend naissance. L'oiseau fait doucement son nid. Sa couverture est d'ailleurs déjà prête à l'accueillir.

Je veux y croire, jusqu'au bout, jusqu'au dernier souffle, jusqu'à la toute dernière virgule et jusqu'au point final qui mettra un terme à tout ce dont je n'aurai jamais cru être possible et capable de faire un jour.  

Ce n'est qu'un modeste début...  mais désormais, j'ai du boulot alors je relève les manches et advienne que pourra !

Merci 

Cécile (de Ma passion littéraire en 50 nuances)


mardi 14 mai 2013

Actuellement sur la lecture de "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" de Marc Levy








Encore un nouveau roman de Marc Levy et comme d'habitude un début bien prometteur et une suite qui risque d'être riches en rebondissements.




mercredi 8 mai 2013

Ma Chronique sur le roman "Journal d'une histoire d'amour" d'Anne-Claire Chillan


Journal d'une histoire d'amour - Anne-Claire Chillan



Quatrième de couverture



"Quand je les ai rencontrés, je ne connaissais rien encore. Ni de la vie, ni des expériences, ni de ce que l'un et l'autre étaient capables de m'apporter. 
J'ignorais qu'il me restait tout à apprendre, tout à connaitre. Et j'étais loin de me douter, que rien dans mes aventures, ne me plairait jamais plus, que l'intense bonheur d'avoir tout vécu à leurs côtés.
Je n'imaginais pas qu'il me fut possible de tout ressentir, si vite, si fort, si intensément. Et je supposais encore moins que se trouverait bientôt sur ma route, la seule expérience, capable de me changer davantage.
C'est en me cherchant moi-même, que je l'ai trouvé. Peu à peu, il a fait s'envoler, les saveurs, les promesses, les paroles et les mots.
Il m'a fait oublier ce que je voulais être. Répétant, sans cesse, que j'étais mieux, encore. Il m'a présenté son monde. 
Il a voulu à me comprendre. Il m'a protégée, m'a dévoilée. Et sans que je ne sache comment... J'ai commencé à l'aimer."



Mon avis 



Soit je reste définitivement de caractère trop émotif, soit le roman est formidablement bien mené et les émotions qu'a voulu transmettre l'auteure dans celui-ci sont bel et bien présentes. A plusieurs reprises, m'imprégnant des textes et des dialogues entre les nombreux personnages, ma gorge se noua, et je me suis sentie comme captée et projetée dans l'univers et dans l'histoire de Rosaline et Michael. 

Si vous souhaitez vous plonger dans une magnifique histoire d'amour, alors en effet, ce roman est véritablement fait pour vous. 

A la seule lecture du titre, "Journal d'une histoire d'amour", on aurait tendance à penser que l'histoire va nous précipiter dans la lecture d'une sorte de journal intime, toutefois il n'en est rien, il s'agit bel et bien d'un roman du début à la fin. 

Dès les premières lignes, nous comprenons rapidement que, Rosaline, personnage principal de ce roman, adolescente et plutôt bonne élève, n'en reste pas moins casanière et mal dans sa peau. Se détournant de ses anciennes amitiés, elle va faire la connaissance d'Olivia, Alex, Lucas,... ses principaux amis, qui vont prendre une part importante dans la vie de la jeune femme. L'influence de ses nouvelles fréquentations va l'emmener et l'attirer vers des terrains glissants comme la drogue, l'alcool, l'inconscience et les rapports conflictuels entre ados et parents . Bien sûr, à côté de cela, elle va faire la rencontre du beau et richissime héritier, Michael Gray, son ange gardien et son grand amour. 

Cette histoire repose essentiellement sur les rapports humains, l'amitié et surtout l'amour entre deux personnages forts, Rosaline et Michael. Parfois, leur histoire est presque même déroutante. On aurait tendance à croire que de nos jours, il puisse être fortement difficile de concevoir un amour aussi intense et fusionnel entre deux adolescents (beaucoup plus proche de la post-adolescence que de l'adolescence d'ailleurs). Toutefois, la maturité de Rosaline et de Michael, aussi surprenante soit-elle, donne encore plus d'intensité à ce roman. On y perçoit une force de caractère énorme dans les personnages et le travail de l'auteure est magnifique à ce niveau là. 

On peut également souligner une chose importante dans ce roman, au-delà des sentiments. Il nous donne une "belle" petite leçon de moral sur les dangers de la drogue et de l'alcool. On apprécie beaucoup la prise de conscience réfléchie de la plupart des personnages suite à leurs erreurs et à l'expérience tragique qu'ils vont vivre ensemble. 

Ce qui est également et agréablement bien pensé de la part de l'auteure, c'est qu'à la différence de certains autres romans où le narrateur est bien souvent, le personnage principal, comme Rosaline ici, c'est qu'Anne-Claire Chillan a su donner la parole au second personnage principal, Michael. Même si cette narration est beaucoup moins présente que celle de Rosaline, durant plusieurs pages, nous avons la possibilité de nous projeter au travers des yeux de Michael et de percevoir à travers lui, l'amour inconditionnel qu'il porte pour Rosaline et tous les sentiments qui le submergent. 

Le personnage de Lucas est également, tout particulièrement attachant. Si au début de l'histoire il nous paraît être le personnage le plus lourd, il est finalement celui qui va nous surprendre le plus dans l'histoire.

Malgré, le côté un peu "caïd" des amis de Rosaline, on aurait presque tendance à croire que les quelques groupes de "rebelles" de nos années lycées n'étaient peut être pas que "ces durs à cuire" que nous redoutions tant parfois, mais qu'au contraire, il savaient aussi être des gens tendres, sociables et intelligents. Ce n'est qu'une petite parenthèse personnelle et une vision plutôt optimiste de ce que j'aurai aimé croire à l'époque. Toutefois, le lecture de ce roman m'aura un peu réconcilié avec mes aprioris de ce point de vue là. 

Avant de passer au seul petit point négatif du roman, je voulais juste rajouter une petite chose qui a retenu à un moment donné mon attention. A la lecture du chapitre 10, lors de la scène du restaurant en tête-à-tête entre Michael et Rosaline, j'ai cru que l'inspiration de l'auteure venait de quelque chose que je connaissais déjà, mais transposé au monde de l'adolescence. Toutefois, il n'en fut rien. L'histoire que l'auteure a tenu à nous faire découvrir est bel et bien unique. J'ai été agréablement surprise de la tournure et de la suite que l'auteure a donné à son roman et de voir que mes "appréhensions" n'étaient absolument pas fondées. Je me suis réjouie de voir avec quelle capacité l'auteure avait réussi à faire naître en moi autant de réflexion. 

Sinon, le seul petit côté un peu regrettable et négatif, ce sont les quelques coquilles, à certains endroits du roman, comme les mots manquants ou au contraire les mots en trop qui nous obligent parfois à reformuler nous même la phrase. Je pense malgré tout que ces petites erreurs ne seront plus présentes, si une éventuelle version papier voit le jour. En attendant, ce ne sont pas ces petites maladresses qui auront pour moi entaché la qualité de ce roman. J'ai passé d'agréables moments de lecture. La version PDF ne m'a d'ailleurs absolument pas dérangé tant l'histoire m'a captivé. Le style de l'auteure est très agréable et le vocabulaire est riche. Je garderai un très bon souvenir de ce roman. 

Enfin et pour terminer, je remercie énormément Anne-Claire Chillan, pour m'avoir donné l'opportunité de lire son roman et dans le même temps de m'avoir fait confiance. J'ai pu découvrir une toute nouvelle auteure qui a toutes les qualités de séduire de nombreux autres lecteurs et lectrices. Je souligne aussi toute son amabilité et sa gentillesse et espère pouvoir lire un jour prochain, un autre de ses romans. Encore merci.

Vous pourrez retrouver ma chronique sur Babelio, Booknode et Livraddict :
http://www.babelio.com/livres/Chillan-Journal-dune-histoire-damour/480334#critiques
http://booknode.com/journal_d_une_histoire_d_amour_0812353

Petite dédicace de la part de l'auteur :



Quelques extraits :

- Extrait d'une des lettres qui étaient destinées à Rosaline :

<< Rose,
Voilà un mois maintenant, que je me suis abandonné… en t’abandonnant. T’écrire aujourd’hui, plutôt que te parler, m’est tellement douloureux, que j’ignore même si je pourrai arriver au bout de ce papier. >>


---



<< J’ai eu peur à la seconde où je l’ai connue. J’ai eu peur du mal que je pourrais lui faire, j’ai eu peur de ne pas savoir la protéger, peur d’échouer avec elle. Et une seule erreur de ma part, m’aura fait remplir tous les tableaux en un seul coup. Pourtant, je sais que ma vie n’aurait pas eu la même saveur, si elle n’avait pas existé. Et je pense que ce n’est que justice, que je craigne à chaque seconde, que quelque chose la sépare de moi. J’ai conscience de la valeur qu’elle a. Je sais aussi que je ne serais pas celui que je suis, sans elle.>>

jeudi 2 mai 2013

Ma Chronique sur le roman "La fille de papier" de Guillaume Musso

La fille de papier
Guillaume Musso




Quatrième de couverture


« Trempée jusqu'aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d'une nuit d'orage.
- D'où sortez-vous ?
- Je suis tombée.
- Tombée d'où ?
- Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! »

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d'inspiration, voit surgir dans sa vie l'héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s'il s'arrête d'écrire. Impossible ? Et pourtant !
Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s'entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel.




Mon avis


Je regretterai presque d'avoir déjà terminé de lire le roman de Guillaume Musso, "La fille de papier". J'aurai voulu que celui-ci n'ai jamais de fin pour continuer à baigner dans le rêve de G. Musso. Vous l'aurez compris, ce roman est une véritable révélation pour moi. Cet auteur est un véritable faiseur de rêves.

Je remercie beaucoup les personnes qui m'ont fortement conseillé de lire "La fille de papier" car je pense que ce roman restera l'un des plus beaux que j'ai pu lire pour le moment de G. Musso.

Son style est toujours aussi agréable mais dans ce roman c'est surtout l'imagination débordante de l'auteur qu'il faut applaudir et toute l'émotion qu'il a su faire passer aux travers de son œuvre, avec encore cette agréable facilité à mêler l'amour, l'amitié, l'enfance difficile des personnages, des péripéties et  une course contre la montre souvent très présente dans ses romans mais dont on ne se lasse absolument pas. Chaque fois, on a un mal fou à poser le bouquin .

Dès le début, on s'éclate. Véritable source d'humour, on assiste entre Billie et Tom à des dialogues dynamiques, pétillants et espiègles. On ne peut s'empêcher de sourire en lisant leurs répliques. Jusqu'à la fin, on ne s'attends pas à un tel dénouement. En plus, on assiste à une superbe fin !! Vous laisserez certainement comme moi couler quelques larmes si vous avez un côté émotif, et vous vous direz comme moi, merde, c'est déjà fini !!


Les passages m'ayant fait sourire :

<< Elles s'installa sur le siège avant de la voiture, une Fiat 500 des années 1960 (...) :
- Bien sûr, le confort est un peu sommaire, mais vous pouvez me croire : c'est du solide !
- Quelle idée tout de même de l'avoir repeinte en rose bonbon!
- C'était la voiture de ma fille, m'expliqua le chicano.
- Aïe ! répondit Billie en se cognant la tête. Vous ne voulez pas dire plutôt la voiture de la Barbie de votre fille?  >>

---

<< Je connaissais aussi ce genre de mecs et leur tactique minable : ces gars n'avaient pas inventé la machine à courber les bananes,... >>

---


« - Au fait, j'ai vérifié à la réception. Tom est bien descendu à l'hôtel avec son "amie".
- Je sais, j'ai fait mon enquête : suite n° 12, deux lits séparés.
- Ça te rassure, les deux lits séparés ?
Elle soupira :
- Quand tu t'y mets, tu es encore plus con qu'un balai sans poils... »

---

<< - Décidemment, vous êtes aimable comme une paire de tenailles, ce matin.


Quelques phrases m'ayant touché :

« La vie n'était pas un jeu vidéo avec un nombre de choix multiples. Le temps passe et on passe avec lui, faisant le plus souvent ce que l'on peut plutôt que ce que l'on veut. Le destin fait le reste et la chance vient mettre son grain de sel dans le tout, et c'est tout. »

---

« Le plus difficile, ce n'est pas d'obtenir ce que l'on veut, mais de savoir le garder. »

---

<< L'amour, c'est que tu sois pour moi le couteau avec lequel je fouille en moi. >>




En fouinant un peu sur le net, j'ai pu voir qu'il existait une bande-annonce du roman "La fille de papier". Je ne pouvais pas faire autrement que de l'insérer dans ma chronique. 


video







mercredi 1 mai 2013

Un avant-goût et mon avis personnel que le roman "La fille de papier" de Guillaume Musso

Comme je le disais sur ma page facebook, voilà de ma part un petit avant-goût de mon avis personnel sur le roman "La fille de papier" de G. Musso. Pour avoir actuellement lu un petit peu plus de la moitié du livre, c'est une véritable source d'humour. 
Si vous appréciez comme moi les dialogues dynamiques, pétillants et espiègles entre personnages de romans, celui-ci est fait pour vous... on s'éclate!!